Boutique Chats d'Oeuvre

Le chat noir de Steinlen

Etui à lunettes "Tournée du chat noir" de Steinlen
Etui à lunettes "Tournée du chat noir" de Steinlen

Mirroir de poche "Tournée du chat noir" de Steinlen
Mirroir de poche "Tournée du chat noir" de Steinlen

Dans les catégories sous cette rubrique vous trouvez des accessoires "La Tournée du Chat Noir" de T.-A. Steinlen.

 

Théophile-Alexandre Steinlen (1859-1923)

Affiche pour La Tournée du Chat Noir (1896)

Steinlen écourta les études de philosophie qu’il suivait dans sa ville natale de Lausanne pour aller travailler à Mulhouse en tant que créateur de tissus. Cet artiste aimable et très social partit en 1881 avec son épouse pour Paris où il s’établit butte Montmartre, un quartier qui était sur le point de devenir l’épicentre de l’avant-garde en France. Il se lia d’amitié avec le peintre Adolphe Willette, qui l’introduisit dans les cercles artistiques gravitant autour du cabaret Le Chat Noir. Au début des années quatre-vingt-dix, Steinlen peignait encore des sujets traditionnels tels que des paysages, des natures mortes fleuries et des nus, qui furent pour la première fois exposés dans le Salon des Indépendants. Ses oeuvres plus tardives affichent des caractéristiques de plus en plus socioréalistes. Steinlen était un illustrateur très demandé pour des périodiques légendaires, dont Le Rire et Gil Bas. Certaines de ses illustrations furent publiées sous un pseudonyme afin d’éviter tout problème politique.

En 1881, Rudolphe Salis ouvre sur le Boulevard Rochechouart le cabaret Le Chat Noir (qui déménagea plus tard pour la Rue de Laval). Ce cabaret devient rapidement un refuge pour les arts scénique, et Steinlen en était le centre. Il créa des décors, participa aux populaires spectacles d’ombres chinoises et surtout fut l’auteur de la célèbre affiche, collée dans tout Paris. Le chat rouge et noir, les couleurs de l’anarchisme, devint le symbole du quartier des artistes de Montmartre. Le texte Montjoie Montmartre forme une auréole autour de sa tête mystique. La loi sur la liberté de la presse et les nouvelles techniques d’impression ont offert à Salis la possibilité de publier également sa propre revue. Le périodique Le Chat Noir remporta un franc succès, même à l’étranger, succès qui bénéficia également Steinlen, principal illustrateur de la revue. Le chat a toujours joué un rôle important dans l’oeuvre de Steinlen. Comme la plupart de ses collègues, il nourrissait les chats de gouttières sur les toits de Montmartre et en adopta de nombreux, au grand dam de sa femme.

Le "chat noir" a été pendant 16 ans dans le quartier des artistes à Montmartre un cabaret parisiens très apprécié.

Il n'y a aucun article dans votre panier.

Mon panier

Qté: 0
Total: CHF 0

Produit ajouté à votre panier !

Afficher le panier »